Occlusions rétiniennes

Occlusions rétiniennes

cojura icone

Pathologie

Les occlusions veineuses rétiniennes
Ces occlusions sont la conséquence d’un ralentissement circulatoire dans les veines de la rétine. Elles peuvent toucher soit la veine centrale de la rétine (OVCR), soit des branches veineuses périphériques.
L’occlusion de la veine centrale (OVCR)
L’OVCR se manifeste par une baisse de vision variable de survenue brutale. La cause en est encore inconnue. On sait néanmoins que le facteur de risque principal est l’hypertonie oculaire (glaucome) non traitée. Les facteurs de risques cardiovasculaires peuvent aussi y contribuer.
Les occlusions artérielles rétiniennes (OACR)
L'oblitération de l’artère centrale de la rétine (OACR) ou de branches artérielles rétiniennes est due principalement à des pathologies cardiovasculaires: hypertension artérielle, plaques d’athéromes carotidiens, etc. Les facteurs favorisants sont donc l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, le diabète, le tabac, etc.

cojura icone

Diagnostic

OVCR
Le diagnostic est établi par l’examen du fond d’œil. Les deux formes de cette occlusion – ischémique et œdémateuse – peuvent occasionner un œdème maculaire.

OVCR: photo du fond d'œil. (www.snof.org)

OVCR: photo du fond d'œil. (www.snof.org)

OACR
Une baisse de la vision brutale, sans douleur ni rougeur, caractérise les occlusions vasculaires rétiniennes. Selon la zone d’obstruction, il peut n’y avoir qu’une amputation partielle du champ visuel. Le diagnostic est établi par l‘examen du fond d’œil.

cojura icone

Traitement

Différents traitements peuvent être proposés d'une part au niveau de l'oeil, comme du laser rétinien, ou des injections intravitréennes.
D'autre part, sur le plan général, un traitement des facteurs de risques cardiovasculaires est essentiel afin d'éviter les récidives.

Confidentialité

Réalisation : NoPixel